auto:

 * [TU] Street photos et com... (3977)
mini_img Par Fab
Sam.4 Sep à:23h07
 Nouveauté (228)
mini_img Par christophe
Sam.27 Fev à:22h29
 La chambre claire... de R... (5)
mini_img Par christophe
Mar.3 Sep à:14h25
 Nikon hybride (16)
mini_img Par Fab
Mer.26 Sep à:21h53
 Back to Nikon (5)
mini_img Par christophe
Ven.18 Mai à:03h46
 Petit bricolage pour le S... (5)
mini_img Par christophe
Dim.8 Mai à:22h41
 * Love story (0)
mini_img Par Zoomy
Lun.15 Fev à:21h04
 Devinette pour Christophe (1)
mini_img Par christophe
Mar.29 Dec à:00h00
 * Konica Hexanon 21mm f/2.8 (15)
mini_img Par christophe
Lun.21 Sep à:13h08
 

Par manque de combattants, le forum Street-photo & Cie a fermé ses portes le 24 Juin 2015.

Il restera en ligne quelques mois pour que le talent de ses participants et notre amitié ne soient pas oubliés.

Six années d'une aventure merveilleuse se terminent dans la tristesse des membres les plus fidèles.
Aller à: (forums)
 
Patrick
premiermai
useravatar
online
User Info

Re: Droit à l'image et photographie de rue

borntoswim29 écrivait:

En effet, j'etais à l'affut...
https://www.street-photo.fr/components/com_agora/img/members/9/mini_9a1393011362_1200mm.jpg

Ouais! mais des fois t'exagère yikes3
Le forum a cessé son activité ! Vous ne pouvez plus vous enregistrer pour pouvoir y écrire, utiliser le chat etc...
Laurent
useravatar
online
User Info

Re: Droit à l'image et photographie de rue

Ouai, il y a "appuyé" et "APPUYE".
Le forum a cessé son activité ! Vous ne pouvez plus vous enregistrer pour pouvoir y écrire, utiliser le chat etc...
christophe
Admin freaks
useravatar
online
User Info

Re: Droit à l'image et photographie de rue

Le ton 'très appuyé'  est le mode d'expression ordinaire des ... gendarmes et autres forces dites 'de l'ordre' (a prendre dans un sens restrictif de 'donner des ordres', pas de le respecter).
C'est curieux, chez les photographes, ce besoin de se faire des films !
http://www.esperado.fr
Le forum a cessé son activité ! Vous ne pouvez plus vous enregistrer pour pouvoir y écrire, utiliser le chat etc...
Laurent
useravatar
online
User Info

Re: Droit à l'image et photographie de rue

Bonsoir. Moi, ça m'est arrivé avec les gendarmes, qui m'ont demandé d'un ton très appuyé d'effacer les photos de la carte mémoire. Visiblement, eux non plus ne connaissent pas la législation sur le droit à l'image :
http://www.antirep86.fr/2012/03/18/le-d … de-lordre/
Laurent
Le forum a cessé son activité ! Vous ne pouvez plus vous enregistrer pour pouvoir y écrire, utiliser le chat etc...
phorme
this is a pHorme's blog
useravatar
online
User Info

Re: Droit à l'image et photographie de rue

http://www.cnil.fr/documentation/fiches … personnes/

Dans le cas d'images prises dans les lieux publics, seule l'autorisation des personnes qui sont isolées et reconnaissables est nécessaire. La diffusion, à partir d'un site web, de l'image ou de la vidéo d'une personne doit respecter ces principes. Le non-respect de cette obligation est sanctionné par l'article 226-1 du code pénal qui prévoit un an d'emprisonnement et 45 000 € d'amende. Pour autant, lorsque la capture de l'image d'une personne a été accomplie au vu et au su de l'intéressée sans qu'elle s'y soit opposée alors qu'elle était en mesure de le faire, le consentement de celle-ci est présumé.
De la même façon, la photographie et la publication de photographies de personnes identifiables aux seules fins de journalisme ou d'expression artistique ne sont pas soumises aux principales dispositions de la loi du 6 janvier 1978 modifiée dans la seule mesure où ces exceptions s'avèrent nécessaires pour concilier le droit à la vie privée avec les règles régissant la liberté d'expression. La loi "informatique et libertés" s'applique dans tous les autres cas (diffusion de l'image d'une personne par l'intermédiaire d'un site web ouvert au public par exemple) et conduit le responsable du traitement à informer les personnes dont les images sont utilisées de son identité, de la finalité du traitement (diffusion de son image sur un intranet, sur internet, etc.), des personnes destinataires des images et de l'existence d'un droit d'accès et de rectification.
Ainsi, une personne qui contesterait, par exemple, la diffusion de son image par un site web pourrait s'adresser soit au juge en s'appuyant sur les principes du droit à l'image (obligation de recueil du consentement), soit à la CNIL, après avoir, en application du droit d'opposition, demandé sans succès l'arrêt de cette diffusion au responsable du site. Enfin, on doit relever que la diffusion à partir d'un site web ouvert au public de données à caractère personnel (le nom d'une personne ou son image) constitue un traitement automatisé de données à caractère personnel et est soumise à l'obligation de déclaration prévue à l'article 22 de la loi.
http://www.legifrance.gouv.fr/affichTex … 0006528103

Le 5° de l'article 6, les articles 8, 9, 22, les 1° et 3° du I de l'article 25, les articles 32, 39, 40 et 68 à 70 ne s'appliquent pas aux traitements de données à caractère personnel mis en oeuvre aux seules fins :

1° D'expression littéraire et artistique ;

2° D'exercice, à titre professionnel, de l'activité de journaliste, dans le respect des règles déontologiques de cette profession.

Toutefois, pour les traitements mentionnés au 2°, la dispense de l'obligation de déclaration prévue par l'article 22 est subordonnée à la désignation par le responsable du traitement d'un correspondant à la protection des données appartenant à un organisme de la presse écrite ou audiovisuelle, chargé de tenir un registre des traitements mis en oeuvre par ce responsable et d'assurer, d'une manière indépendante, l'application des dispositions de la présente loi. Cette désignation est portée à la connaissance de la Commission nationale de l'informatique et des libertés.

En cas de non-respect des dispositions de la loi applicables aux traitements prévus par le présent article, le responsable du traitement est enjoint par la Commission nationale de l'informatique et des libertés de se mettre en conformité avec la loi. En cas de manquement constaté à ses devoirs, le correspondant est déchargé de ses fonctions sur demande, ou après consultation, de la Commission nationale de l'informatique et des libertés.

Les dispositions des alinéas précédents ne font pas obstacle à l'application des dispositions du code civil, des lois relatives à la presse écrite ou audiovisuelle et du code pénal, qui prévoient les conditions d'exercice du droit de réponse et qui préviennent, limitent, réparent et, le cas échéant, répriment les atteintes à la vie privée et à la réputation des personnes.
un petit texte clair et précis qui relate le procès "historique" de mai 2004 opposant un photographe et sa soit-disante "victime" : http://www.photographie.com/archive/publication/102498, surtout pour sa conclusion :


Liberté d'expression
Le tribunal indique que le droit d'une personne sur son image « n'est pas absolu et cède, notamment, devant le droit à l'information, droit fondamental protégé par l'article 10 de la Convention européenne des Droits de l'homme, qui autorise la publication d'images de personnes impliquées dans un événement, sous réserve du respect de la dignité de la personne humaine ». Le droit à l'image ne peut pas « faire arbitrairement obstacle à la liberté de recevoir ou de communiquer des idées qui s'exprime spécialement dans le travail d'un artiste ». Il reconnaît que « le but recherché n'aurait pu être atteint si le photographe avait agi à découvert » et que « s'il a « volé » ces images, ce n'est pas spécialement dans un but commercial », mais « dans la perspective de fournir un témoignage sociologique et artistique particulier sur le comportement humain ». Maintenant que justice nous a été rendue, ne soyez plus frileux, et assumons ce « vol » des images. Photographiez et publiez sans crainte ! Didier de Faÿs 
un mémoire sur ce thème : http://junon.u-3mrs.fr/u3ired01/Main%20 … ricard.pdf

http://archive.photographie.com//public … index.html

En tous cas, une règle : le sujet demande de ne pas publier, on (dit qu'on) ne publie pas (si on estime peu légitime la demande). Le sujet se reconnait sur la photo publiée et demande son retrait : on retire. Le sujet se reconnait dans le livre publié : on peut gagner le procès.

Bonnes lectures !
Le forum a cessé son activité ! Vous ne pouvez plus vous enregistrer pour pouvoir y écrire, utiliser le chat etc...
christophe
Admin freaks
useravatar
online
User Info

Re: Droit à l'image et photographie de rue

Ce n'est pas ce que je voulais dire, Borntoswim, le sujet reste entier, intéressant, d'actualité. C'est un sujet de fond: avons-nous le droit de regarder les autres, de partager notre regard, d'archiver notre histoire...
Même la tour Eiffel la nuit est interdite de photographie, parce que la personne qui en a conçu l'éclairage a déposé des droits sur celui-ci... J'ai volontairement publié des photos de celle-ci, sans autorisation, par activisme contre ce que je considère comme proprement scandaleux et abusif.
Ce sujet mériterait un grand débat public et juridique...
(Gekos, d'accord avec tout ce que tu dis là ;-)
C'est curieux, chez les photographes, ce besoin de se faire des films !
http://www.esperado.fr
Le forum a cessé son activité ! Vous ne pouvez plus vous enregistrer pour pouvoir y écrire, utiliser le chat etc...
Gekos
Streetosphérique
useravatar
online
User Info

Re: Droit à l'image et photographie de rue

Pour peu de faire de la photo de rue, oui je crois que ça nous est à tous déjà arrivé...
Et oui ces "rencontres" et les "discussions" associées ont un peu tendance à casser le moral du streetphotographer...

christophe écrivait:

Notre droit se limite à prendre des photos dans l'espace public
Absolument !
Tant que la personne ne demande pas qu'on arrête.
Si on continue, ça peut être assimilé à du harcèlement

christophe écrivait:

leur publication est théoriquement assujettie à l'autorisation préalable du sujet, s'il est reconnaissable.
Hmmm... théoriquement oui...
Sauf que de ce que j'ai compris - et ce, à la libre interprétation du juge : le droit à l'information et le le droit artistique priment sur le droit à l'image (tant qu'on est bien dans un public), et tant qu'on ne présente pas le(s) sujet(s) de manière dégradante
Je répète, c'est ce que j'en ai compris, je décline toute repsonsabi.....blablabla tongue


Pour en revenir à l'aspect pratique de la situation, sur le moment...

Après la photo, je ne fuis pas et reste un miminum sur place
Si la personne m'a vu, je la regarde et fais à minima un signe de tête, un "bonjour", un "merci pour la photo" ou encore un "jolie cravate"
Si la "discussion" s'engage, alors je commence systématiquement par "je suis désolé si je vous ai mis mal à l'aise, ce n'était pas mon intention."

La suite est évidemment tout à fait variable suivant l'individu
Mais même quand ça part en cacahouette, quand tu commences à dire "je vous accompagne au poste de police si vous voulez", ben en général, ça coupe court innocent9

Bref, c'est chiant et ça a tendance à freiner pendant quelques temps quand même sad
"Je ne veux pas gagner ma vie, je l'ai" (B. Vian)
Le forum a cessé son activité ! Vous ne pouvez plus vous enregistrer pour pouvoir y écrire, utiliser le chat etc...
borntoswim29
photo/rhum/rock lover!
useravatar
online
User Info

Re: Droit à l'image et photographie de rue

Ah mince! Au temps pour moi... J'aurai du chercher avant de poster! Merci de la précision wink
"the best camera you have is the one you have with you"    site web : http://mathieualemany.piwigo.com
Le forum a cessé son activité ! Vous ne pouvez plus vous enregistrer pour pouvoir y écrire, utiliser le chat etc...
christophe
Admin freaks
useravatar
online
User Info

Re: Droit à l'image et photographie de rue

Il a raison au regard de la loi. Nous avons déjà parlé de ce film ici et des problèmes du 'Droit à l'image' (Différents en France, heureusement -mais pour combien de temps encore ?- de ceux en vigueur au Québec).
https://www.street-photo.fr/forum/topic?id=67
https://www.street-photo.fr/forum/topic?id=68
Notre droit se limite à prendre des photos dans l'espace public et leur publication est théoriquement assujettie à l'autorisation préalable du sujet, s'il est reconnaissable.
Raison pour laquelle j'ai tj sur moi des cartes de visite et prend, quand je le peux, contact avec mes sujets photographiés. Attention aussi aux enfants qui disposent d'un droit renforcé.

Ceci dit, j'aurais pris la photo, demandé sa carte à 'ton' avocat et pris contact pour en discuter avec lui sur le fond.
C'est curieux, chez les photographes, ce besoin de se faire des films !
http://www.esperado.fr
Le forum a cessé son activité ! Vous ne pouvez plus vous enregistrer pour pouvoir y écrire, utiliser le chat etc...
borntoswim29
photo/rhum/rock lover!
useravatar
online
User Info

Droit à l'image et photographie de rue

Bonjour à tous,
Je viens partager un petite expérience de la semaine dernière avec vous qui m'a fait me questionner sur notre pratique.
En effet, j'etais à l'affut sur une place de rennes. Positionné derrière un banc avec mon appareil, j'observais les gens passer. J'attendais que quelque chose se passe. Soudain un homme très classe passe dans mon cadre (moustachu, avec une pipe et un chapeau melon! ) Le sujet parfait!
Je marche donc en direction de cet homme pour passer devant lui et ainsi me retourner pour l'avoir de face avec ce banc où un mamie donnait à manger au pigeons. Il y avait donc dans mon cadre a gauche ce fameux banc et à droite cet homme qui passait dans le champ de pigeon en les faisant s'envoler.. Une photo géniale! j'allais appuyer quand l'homme m'a interpellé et m'a sortie de cette ambiance! Il m'a demandé si je l'avait photographié! Je lui répondit que j'aurai aimé, mais que j'en avait pas eu le temps à partir du moment où il a cassé la magie de la scène en m’interpellant..
Il m'explique qu'il est avocat, et que si jamais la photo (que je n'ai pas prise mais bon, bref) se retrouvait sur internet ou publiée sans son autorisation, il "ira loin", car il tient à son droit à l'image!
Je lui explique que nous sommes dans un endroit publique et que par conséquent je pense avoir le droit de le prendre en photo..(si bien sur je le ridiculise pas!)
Il me répond que ce n'est pas aussi simple que ça, et que je ferai mieux de faire attention aux photo que je prend dans la rue..
J'ai ensuite expliqué que mon but était pas de le ridiculiser, mais bien de "magnifier" (sans prétention) la scène qui s'offrait à moi.. Rien de méchant en somme, mais bien de mettre cet homme en valeur au vu de la scène devant moi..
Il fini par me dire, qu'avec facebook, les reseaux sociaux etc, les photos circulent vite et qu'il n'a aucune envie de se balader sur internet..
Enfin bref, le discours était figé, et je suis rentré chez moi dégouté par la mentalité de cet homme.
Du coup j'ai tenté de me renseigner un peu sur le net concernant ce fameux "droit à l'image" et je suis tombé sur ce documentaire très intéressant !
Il date un peu, mais il résume bien ce que j'ai ressenti face à cet homme..

http://www.youtube.com/watch?v=lhr1SLn2gU0

Qu'en pensez vous? Vous êtes vous déjà retrouvés dans ce genre de situation?

(et je suis dégouté parce que je tenais une photo géniale sad)
"the best camera you have is the one you have with you"    site web : http://mathieualemany.piwigo.com
Modifié par:  borntoswim29 (Jeudi 20-Fev-14 à 14h.08)
Le forum a cessé son activité ! Vous ne pouvez plus vous enregistrer pour pouvoir y écrire, utiliser le chat etc...
  Haut

Infos du forum

Statistiques du forum:   Nb total d'utilisateurs: 391  Nb total de sujets: 813  Nb total de votes: 28  Nb total de messages: 10530  Nb de messages depuis 24h: 1
 Infos utilisateurs:   Membres en ligne: 0   Invités en ligne: 93
rss